À Cannes le 22 Mai, bilan des films et des montées des marches


Et oui, le Festival va bientôt fermer ses portes et dévoiler qui sera l’heureux Élu de la Palme d’Or. La compétition se referme et le suspense est de plus en plus fort. Les classements se défont jour par jour. Et si le film qui remportera la Palme d’Or était dévoilé en ce Jeudi 22 Mai ?

Jimmy’s Hall de Ken Loach ouvre la compétition officielle de ce Jeudi 22 Mai.

JIimmy's Hall de Ken Loach - FESTIVAL DE CANNES

1932 – Après un exil de dix ans aux États-Unis, Jimmy Gralton rentre au pays pour aider sa mère à s’occuper de la ferme familiale.
L’Irlande qu’il retrouve, une dizaine d’années après la guerre civile, s’est dotée d’un nouveau gouvernement. Tous les espoirs sont permis…
Suite aux sollicitations des jeunes du Comté de Leitrim, Jimmy, malgré sa réticence à provoquer ses vieux ennemis comme l’Eglise ou les propriétaires terriens, décide de rouvrir le « Hall », un foyer ouvert à tous où l’on se retrouve pour danser, étudier, ou discuter. À nouveau, le succès est immédiat. Mais l’influence grandissante de Jimmy et ses idées progressistes ne sont toujours pas du goût de tout le monde au village. Les tensions refont surface.

Avec un Barry Ward au top, Jimmy’s Hall a tout pour plaire. Pourtant le film se révèle vite décevant. Ce n’est pas qu’il n’est abouti mais celui-ci sonne comme une mélodie monocorde. Loin du Vent se lève, le film ne parvient pas à montrer avec pertinence le génie de Ken Loach. Dommage.

On passe à la sélection Un Certain Regard avec Le Pays de Charlie de Rolf De Heer.

LE PAYS DE CHARLIE)  Réalisé par Rolf DE HEER

Blackfella Charlie n’est pas content. L’intervention du gouvernement rend la vie plus difficile dans sa communauté isolée où les lois des blancs sont maintenant appliquées plus strictement. Charlie décide alors de prendre la route pour suivre l’ancien mode de vie, mais ce faisant il déclenche une suite d’événements qui aboutira à son retour dans sa communauté, assagi et un peu plus raisonnable.

Le Film de De Heer peine à trouver le ton mais dévoile la condition des premiers hommes habitants en Australie. Un film intéressant pour dévoiler une façade méconnue de cette île* qui intéresse tant les étudiants français & européens.

C’est ensuite au cadet de la compétition officielle de présenter son film : Mommy de Xavier Dolan.

Mommy de Xavier Dolan - Festival de Cannes

Une veuve mono-parentale hérite de la garde de son fils, un adolescent TDAH impulsif et violent. Au coeur de leurs emportements et difficultés, ils tentent de joindre les deux bouts, notamment grâce à l’aide inattendue de l’énigmatique voisine d’en-face, Kyla. Tous les trois, ils retrouvent une forme d’équilibre et, bientôt, d’espoir.

Attention, il s’agit peut être de la future Palme d’Or du Festival de Cannes ! Un trio magnifique d’acteurs qui pourraient rafler un prix d’interprétation. Véritablement un coup de coeur qui nous a touché ! On se laisse emporter par la magie de ce mélodrame plein d’espoir, riche en émotions et on ressort de la scéance avec la béatitude d’avoir vu un grand film.

Xavier Dolan, malgré son jeune âge fait désormais partie des Grands de ce petit monde du Cinéma !!!.

On retourne à la sélection Un Certain Regard avec le film d’Asia Argento : Incompresa ou Misunderstood.Asia Argento : Incompresa - Un Certain Regard

Aria, neuf ans, fait face à la séparation très violente de ses parents. Au milieu de leurs disputes, mise à l’écart par ses demi-sœurs, elle ne se sent pas aimée… Ballotée de l’un à l’autre, elle erre à travers la ville avec son sac à dos et son chat noir. Frôlant le désespoir, elle essaie de préserver son innocence.

On a jamais autant vu Asia Argento qu’en 2014. Devenant l’un des personnages principaux dans l’ultime Chapitre de la production Canal + Mafiosa, elle nous dévoile désormais son film avec l’ancienne palme de l’interprétation féminine pour Antichrist de Lars Von Trier : Charlotte Gainsbourg.

Le film possède une véritable sincérité, sûrement inspirée de la jeunesse d’Asia Argento. Beaucoup de finesse à mettre en scène l’ensemble. La cruauté est également bien mise en valeur pour un film touchant qui ne vous laissera pas insensible même si l’ensemble peut paraître légèrement inégal.

Que serait Cannes sans ses fameuses montées des marches ?

FESTIVAL DE CANNES

www.festival-cannes.com

Aurélien Duffo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s